TOI-SOL propose la réalisation d’une installation de production thermique pour l’habitat à partir d’une couverture solaire innovante..

PRÉAMBULE :

Rappel concernant le projet, la technique, les brevets.

De cette expérience de couvreur est venu la constatation d’un gisement thermique sur les toitures qui demeurait inexploité et en parfaite contradiction avec les besoins pour produire l’eau chaude et le chauffage...

Ce premier système de récupération en 2010 utilisait un réseau caloporteur circulaire qui a permis de tester le principe...

Ces premiers travaux m’ont permis d'obtenir la médaille d’Or du salon des inventions de Genève et de les publier à la conférence internationale du SIM de Leiria en 2011.

La mise en œuvre de la toiture d’absorption Toi-Sol reprend les principes généraux de la réalisation d’une toiture en tuiles.

L’absorption calorifique est réalisée par les tuiles des versants dont la surface et l’orientation sont compatibles avec les besoins exprimés par l’étude thermique. Les ouvrages situés aux extrémités de la toiture, dits particuliers (Noues, Rives, Arêtiers, Faîtages), sont traités comme pour une toiture ordinaire avec les accessoires de série et des tuiles standard (fig. 1, F)).

Les particularités pour la réalisation du système de captation sont examinées dans ce document. Elles ne remettent en cause ; ni les prescriptions de réalisation habituelles ni les DTU.

PRÉPARATION

La toiture solaire nécessite la pose d’un écran de sous toiture (voir fig. 1, A), HPV, du type Sup » Air ou équivalent certifié par le CSTB : E1, SD1, TR2 ou TR3. La mise en œuvre de cet écran est spécifiée par son fabricant. La couverture est réalisée sur un contre-lattage (fig. 1, B) et des liteaux (fig. 1, C). L’écran est posé tendu, perpendiculairement à la ligne de plus grande pente de la couverture, par lés successifs depuis l’égout jusqu’au faîtage, et fixé provisoirement au support par des clous ou agrafes.

La fixation définitive de l’écran est réalisée par la mise en place de contre- lattes (fig. 1, B) de 36 mm de largeur minimale et 22 mm d’épaisseur minimale (fig. 4, e). Cette hauteur permet de respecter l’exigence de ventilation spécifiée dans les D.T.U. de la série 40 des matériaux de couverture, les supports de couverture (liteaux, profil de récupération) étant fixés sur les contre-lattes.

Retrouvez toutes les infos en cliquant ici

Laisser un commentaire