COP 21 : que doivent suivre les bureaux d’études thermiques?

La COP 21 qui se déroulera à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015 est plus qu’une simple conférence sur le climat. Elle doit en effet aboutir à un nouvel accord international visant à maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle (vers 1850).

Ce nouvel accord international devrait avoir autant d’impact sur les politiques nationales que le Protocole de Kyoto (1997). Ce dernier a entrainé en France, la mise en place de la RT 2012 et des politiques visant à promouvoir la rénovation énergétique des bâtiments. Censé entrer en vigueur en 2020, l’accord de Paris, mettra en place des objectifs contraignants et des délais visant à réduire encore les émissions de gaz à effet de serre. Quels efforts de baisse des émissions de gaz à effet de serre seront consentis par la France? Quelle part concernera le bâtiment? A n’en pas douter, ce prochain accord international insufflera un nouveau souffle au monde de l’audit énergétique, puisqu’il ouvre la voie au bâtiment à énergie positive (BEPOS), à l’horizon 2020. Il influencera aussi très certainement les prochaines politiques en matière de rénovation énergétique et notamment l’instauration d’une obligation de rénovation.

Parallèlement, la COP 21 est l’occasion de s’intéresser à d’autres initiatives portées par des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux. Villes, régions, entreprises, associations…, sont encouragées à présenter les actions concrètes qu’elles mènent et à échanger les bonnes pratiques. Cet ensemble, appelé l’agenda des solutions, viendra compléter les engagements des États. Dans ces initiatives figurent peut être les nouvelles pratiques de demain, porteuses d’opportunités économiques et sociales.

Plus d'informations sur http://www.cop21.gouv.fr/fr

Laisser un commentaire